Archive | March, 2012

Xavier Bertrand renforce les indemnisations

 bas-ombre

Suite au scandale de Mediator, Xavier Bertrand annonce qu’il renforce les procédures d’indemnisations afin de venir en aide aux victimes.

La situation des victimes

  • Affaire Mediator
  • Indemnisations Mediator
  • Mediator

Pour rappel, le produit antidiabétique Médiator avait causé pas moins de 3500 hospitalisations et 500 morts. Au moins trois millions de personnes ont consommé ce produit en France.

Les victimes attendent une indemnisation depuis plus d’un an. Le Ministre de la Santé rappelle  aux patients qu’ils peuvent entamer une action pénale et qu’ils seront rapidement indemnisés. Selon Xavier Bertrand, le panel d’experts examine au moins soixante cas par semaine.

Les victimes de Mediator peuvent télécharger un formulaire de demande d’indemnisation ou une fiche pratique de l’ONIAM pour mieux comprendre les procédures d’indemnisations.

Il est aussi possible de prendre contact avec les conseillers de l’ONIAM :

  • par courrier : ONIAM-Service Benfluorex : 36, avenue du Général de Gaulle – Tour Gallieni II – 93175 Bagnolet Cedex.
  • par courriel : benfluorex@oniam.fr
  • par téléphone : 0810 600 160
Source :http://www.destinationsante.com/article37932.html

 bas-ombre

Efficacité des médicaments génériques : Dominique Maraninchi fait le point

 bas-ombre 
Alors qu’un rapport émis par l’Académie de médecine indique que le médicament générique n’est pas la « copie conforme de la spécialité princeps » (médicament original), Dominique Maraninchi, le président de l’agence du médicament, précise que les médicaments génériques sont aussi efficaces que les médicaments de marque et dément la baisse de 3% de vente de ces produits. 

Principe actif utilisé

Le générique est un médicament composé d’un principe actif qui traite la maladie, et des excipients qui servent à lui donner du goût. Ce sont seulement les excipients qui changent dans le médicament ou le générique.  Ceci n’affecte aucunement l’efficacité du médicament.  Le générique promet la même qualité et sécurité que l’original. 

Présentation des médicaments

La présentation du médicament peut troubler certaines personnes, comme un comprimé au lieu d’une gélule.  Il s’agit là d’un facteur psychologique et n’a aucun lien avec un médicament original ou générique.  La nouvelle loi instaurée sur la sécurité du médicament autorisera bientôt les fabricants de génériques d’assortir leurs présentations pour s’apparenter à celles des princeps.  Par ailleurs, il importe de faire ressortir que les génériques sont bien plus contrôlés que les princeps.  L’agence du médicament a effectué 1065 contrôles sur des génériques finis. 

Source : http://www.liberation.fr/societe/01012393998-les-generiques-ne-sont-pas-des-medicaments-au-rabais

 bas-ombre

Seresta

seresta Seresta est indiqué dans le traitement des manifestations anxieuses et invalidantes. Dans certains cas, le médicament est aussi préconisé en guise de prévention contre le delirium tremens et autre trouble qui émerge pendant un sevrage alcoolique.

Traite ces maladies

  • Anxiété
  • Delirium

 

Composition

  • Oxazépam

Contre-indications

Ne jamais prendre le Seresta dans les cas suivants :

  • Myasthénie
  • Apnée du sommeil
  • Insuffisance respiratoire
  • Allergie à la composition
  • Pendant l’allaitement

Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquents sont comme suit :

  • Agressivité
  • Agitation
  • Amnésie
  • Confusion
  • Éruptions cutanées
  • Hypotonie musculaire
  • Diplopie
  • Modifications de la conscience
  • Dépendance
  • Insomnie
  • Tension
  • Cauchemar

Remboursement

   
Prix de vente 1,83 €
Taux de remboursement Sécurité sociale 65% (Médicament à vignette blanche)
Franchise médicale 0,50€
Remboursement Sécurité sociale 65%*1,83€ =1,18€ -0,50€ =0,68€
Ticket Modérateur 1,83€ -0,68€ =1,15€
Taux de remboursement Mutuelle 35%
Remboursement Mutuelle à 100% 35%*1,83=0,64€

Dosage

Pour le sevrage alcoolique : prenez 15 à 30mg de Seresta, trois ou quatre fois par jour. Pour le delirium tremens : ne dépassez pas 10 jours de traitement. Pour l’anxiété : 2 à 6 comprimés par jour. On doit répartir le médicament en plusieurs prises.

Campagne pour encourager le bon usage des médicaments

 bas-ombre 
campagne pour encore Le ministère de la Santé entame une campagne pour promouvoir le bon usage des médicaments en France. En effet, selon les experts, la population française consomme beaucoup trop de médicaments.

 

Des chiffres inquiétants

  • Médicaments
  • Usage des médicaments
  • Faire bon usage des médicaments 

Une étude de la « Dress » démontre qu’ une personne sur deux a consommé 48 boites de médicaments en 2010. La France utilise 40% plus de produits pharmaceutiques, en comparaison aux pays comme le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse, le Royaume-Uni et l’Espagne.

Selon l’Afssaps (Agence du médicament), notre population consomme surtout des somnifères et des anxiolytiques.

Ainsi, la campagne menée par Xavier Bertrand vise à sensibiliser le public par rapport aux effets indésirables des médicaments. Un spot TV est également dédié au bon usage des produits.

Le Ministère encourage d’ailleurs les acteurs de santé (infirmiers, pharmaciennes et médecins) de mettre les patients en garde contre les dangers des médicaments inutiles. Une « mission de conseil » regroupant plusieurs experts sera bientôt établie dans le cadre de la campagne de prévention.

Source : http://www.espaceinfirmier.com/actualites/detail/50563/lancement-d-une-campagne-sur-lebon-usage-dumedicament.html

Sommeil: les hypnotiques entraîneraient l’accroissement du risque de mortalité

 bas-ombre 
sommeil les hypnotiques Une étude menée par Daniel F Kripke et ses collègues, a été publiée dans British Medical Journal ‘Open’. Elle indiquerait que l’utilisation de médicaments hypnotiques serait responsable d’un accroissement du risque de mort prématurée et de surgissement de cancers.

Déroulement des travaux de recherche

Les travaux de recherche se sont portés sur 10 500 sujets ayant en moyenne 54 ans et souhaitant participer à l’étude. Un suivi a été effectué pendant deux ans et demi durant laquelle les participants ont pu utiliser de façon fréquente ou sporadique, un ou plusieurs traitements médicamenteux hypnotiques.

Un comparatif a été établi entre cet échantillon massif de patients et un autre comprenant 23 500 participants n’ayant consommé aucun traitement médicamenteux pour favoriser le sommeil. Les paramètres des deux groupes étaient similaires, soit le même âge, sexe ou hygiène de vie. Les critères tels que l’état de santé, la masse pondérale et l’origine ethnique ont aussi été considérés. La disparité  était uniquement la prise d’hypnotiques.

Résultats probants

Selon les instigateurs de l’étude, 18 prises de ces traitements médicamenteux sur un an, multiplieraient le risque de mortalité précoce par 3,5. Un accroissement du taux d’hypnotiques ingérés présenterait quatre ou cinq fois plus de risque de décès prématuré. Les patients consommant des doses élevées d’hypnotiques encourraient 35% plus de risque d’avoir un cancer, indépendamment de la nature de ce dernier.

Attention…pas de conclusion hâtive

Les données recueillies doivent être prises avec des pincettes, car les auteurs affirment eux-mêmes que leurs recherches ne démontrent pas de corrélation intrinsèque entre la consommation d’hypnotiques et les risques accrus de mortalité et de cancers. Des facteurs, tels que la nature des insomnies, n’ont pas été pris en considération. Toutefois, il serait intéressant d’approfondir les recherches face à ces résultats.

 

Source : http://www.destinationsante.com/article37827.html

 bas-ombre