Archive by Author

Médicaments à vignette bleue : Baisse du taux de remboursement

Rappel sur le remboursement des médicaments à vignette bleue

Lundi 2 mai, le taux de remboursement de 1219 médicaments à vignette bleue passera de 35% à 30%. La liste de ces médicaments est accessible à l’adresse suivante : Journal-officiel.gouv.fr.

Cette mesure concerne les médicaments comme le Voltarène, le Zyrtec ainsi que l’Advil. Objectif de cette démarche ; la réalisation de 95milions d’euros d’économie à l’Assurance Maladie.

Dorénavant, il est plus que jamais indispensable de souscrire une complémentaire santé pour un meilleur remboursement de ces médicaments.

Source : http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/le-taux-de-remboursement-des-medicaments-a-vignette-bleue-en-baisse-a-partir-du-2-mai-07-04-2011-1397869.php

Sprycel : Anticancéreux à l’origine d’hypertension artérielle pulmonaire

Sprycel fait l’objet d’un examen sur les risques

13 cas d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) ont été recensés chez les patients traités par l’anticancéreux Sprycel au 15 mars selon un communiqué de  l’Afssaps émis le 27 Avril. Le médicament Sprycel, commercialisé par les laboratoires Bristol-Myers sur le marché européen depuis 2006 fera l’objet d’une enquête. Les caractéristiques secondaires de ce médicament sont mentionnées sur la notice.

L’agence du médicament recommande, dans une lettre aux professionnels de santé de ne pas changer la prise en charge et de surveiller l’état de santé de leurs patients souffrant de leucémies myéloïdes chroniques. L’anticancéreux Sprycel (molécule dasatinib) fera donc l’objet d’un examen au niveau international. En attendant les données recueillies pour le 11 juin, la mise en garde est lancée.

L’Afssaps souligne que tous les effets indésirables relatifs à la prise de Sprycel doivent impérativement être déclarés par les médecins aux centres régionaux de pharmacovigilance.

Flash Info sur une dizaine de cas d’Hépatite E

Aucun vaccin disponible pour ces cas d’Hépatite E

Le ministère de la santé tire l’alerte sur une dizaine de cas d’hépatite E recensé en région Provence-Alpes-Côte d’azur. Il n’existe aucun vaccin pour ces cas spécifiques d’hépatite E. L’origine de cette maladie serait peut être la “consommation, crues ou mal cuites, de saucisses fraîches de foie” selon le ministère de la santé

Source : http://www.europe1.fr/France/PACA-une-dizaine-de-cas-d-hepatite-E-516893/

Association Aspirine et Prozac : Quels sont les effets ?

Anti-inflammatoires et antidépresseurs ne font pas bon ménage

Les médicaments anti-inflammatoires réduisent l’efficacité des antidépresseurs, c’est ce qui faisait la une des actualités en début de semaine. Chaque jour apporte son lot de révélation, les chercheurs américains apportent des éclaircissements à ce sujet dans un article sur « Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) ».

Les anti-inflammatoires, à savoir, l’aspirine, Advil en association avec les antidépresseurs tels le Prozac réduisent l’efficacité de votre traitement contre la dépression.

Les données démontrent que plus de 300milions de personnes à travers le monde, majoritairement les femmes sont proie à ces troubles de l’humeur. En France, plus de 3 millions de personnes sont « dépendant » des antidépresseurs. C’est ce qui fait de la France, le plus gros consommateur de ces médicaments.

Ces révélations contribuent à expliquer le fait que certaines personnes sous traitement antidépresseurs continuent à sombrer dans la dépression. En effet, la prise des anti-inflammatoires pour des douleurs et l’arthrite est mode courante.
En somme, les personnes déprimées sont plus réceptives à leur traitement que si celui-ci n’est pas associé à la prise de médicaments anti-inflammatoire.

Source : http://www.informationhospitaliere.com/actualite-19372-aspirine-vs-prozac-1-0.html

Médicaments sans ordonnance : Les gens sont mal informés.

Risques de l’automédication

Le mode d’emploi des médicaments fait l’objet d’un livre, » Médicaments sans ordonnance, les bons et les mauvais! » (La Martinière) du Pr Jean-Paul Giroud. Cet expert est le premier en 1973 à avoir formé les médecins sur les risques de l’automédication.

Dans un entretien accordé à L’Express.fr, le Pr Giroud donne un aperçu de son livre. Les médicaments notés obtiennent rarement la moyenne en matière d’efficacité. Le spécialiste s’explique en soulignant que les médicaments commercialisés concernent aussi bien des copies de médicaments inefficaces.

Contrôle des médicaments

Sur le contrôle des médicaments délivrés sans ordonnance, la Haute Autorité de santé, selon lui évalue les risques et bénéfices que pour les médicaments remboursés par la sécurité sociale. Les médicaments homéopathiques sont laissés de côté dans ce processus.

Le Pr Giroud rappelle également que les « médicaments délivrés sans ordonnances ne sont pas sans risques ». Le manque d’information objective sur l’emploi des médicaments a déjà été mentionné dans le passé, mais jusqu’à ce jour, rien n’a été fait dans ce sens. Par exemple, il n’existe pas d’informations explicites sur les symptômes qui peuvent être soulagés grâce à l’automédication.

Partant de ce principe, les pharmaciens devraient bien se renseigner sur les antécédents, besoins des patients avant de leur proposer des médicaments, sauf que par manque de temps, cette étape n’est pas respectée.

Dans quelle limite les médecins et pharmaciens peuvent nous renseigner ?

Enfin, l’expert va encore plus loin en affirmant que les connaissances des médecins sur les médicaments sont limitées, leur formation sur les médicaments ne représentant que 2% de leur cursus. L’avis des médecins sur les traitements à base d’automédication serait lui aussi restreint, la plupart de ces médicaments à usage d’automédication ne figurant pas dans le Vidal.

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/medicaments-le-public-manque-d-informations-objectives_986582.html